ça bouge chez 1-ter-net !
Webmarketing

Google, quand l’homme s’adapte à la machine

Article posté par | Le

Dans ses efforts pour contrôler aider les webmasters, Google met à disposition des webmasters des consignes à respecter pour apparaître dans ses pages de résultats. Ces guidelines, plus orientées technique que contenu (même si pour faire un site utile aux internautes, il ne faut pas le négliger) sont surtout là pour pousser les webmasters à s’adapter à Google. Dans un monde normal, n’est-ce pas à la machine de s’adapter au fonctionnement humain ?

Le lancement du site

La première consigne donnée est de faire connaître son site au moteur de recherche. Si on souhaite être vu par notre cible, il est effectivement essentiel d’être indexé sur Google.

Pourtant, par l’intermédiaire de son formulaire de soumission et grâce au Sitemap, Google semble plutôt chercher à trouver les sites et les pages qui échappent par son algorithme (rappelé ici par Matt Cutts). Aucun spécialiste en référencement n’utilise encore cette méthode.

Consignes sur la conception et le contenu

De même, dans ses consignes sur la conception et le contenu, le moteur conseille de limiter le nombre de liens sur une page. En limitant le nombre de liens, on facilite surtout le travail du robot d’exploration au détriment de l’internaute. Les webmasters peuvent être tentés de limiter les liens d’une page, au risque de ne pas renseigner entièrement l’internaute. Il est vrai que cette méthode permet de ne pas diluer la popularité de sa page.

Dans le même ordre d’idée, le moteur de recherche conseille aux webmasters de favoriser le contenu texte aux éléments graphiques. Pour un être humain, la compréhension est plus rapide avec une image que par des mots (rappelez-vous l’adage : une image vaut mieux que mille mots). Cette recommandation pourrait se comprendre pour l’accessibilité des mal-voyants mais il existe des balises qui permettent de décrire les images. Certaines de ces balises sont d’ailleurs utilisées par le moteur pour essayer de comprendre le contenu d’une image.

Les robots ne parviennent pas à voir les informations contenu dans l’image, Google nous conseille donc d’aller contre l’internaute pour le privilégier lui.

Consignes techniques

La troisième partie de ses consignes sont des recommandations techniques. Cette fois encore, l’internaute n’est pas le cœur du sujet comme le prône habituellement le moteur. Google cherche encore principalement à orienter la conception du webmaster en fonction de ses propres capacités.

Certaines techniques sont donc a éviter. Et Google conseille aux webmasters de vérifier, non pas que le site est lisible pour les humains, mais accessible pour les robots d’exploration.

Consignes de qualité

La dernière partie de ces consignes contient aussi quelques incohérences avec le message habituel que cherche à passer le moteur, ou simplement avec le fonctionnement du web.

Le plus étrange est de déconseiller la participation au système de lien. Le web, tout comme l’algorithme de Google, est basé sur les liens. C’est à partir de ces liens que l’internaute navigue mais surtout, ce sont ces liens qui déterminent la popularité d’un site. Google cherche à modérer l’utilisation de son propre système ! Comme si les fast-food militaient pour les végétariens.

L’une des dernières recommandations de Google est de ne pas utiliser d’outils permettant de vérifier le classement. Cette fois encore, en quoi l’utilisation de tels outils pénalise l’internaute ? Cette consigne cherche surtout à ne pas surcharger ses serveurs.

 

Les consignes de Google sont essentiellement techniques. Elles ont pour but d’aider les webmasters à faire indexer leur site par le moteur de recherche sinon de le positionner dans ses premiers résultats.

En France, Google génère plus de 90%. Les webmasters ne peuvent donc pas négliger ses services. Ce quasi-monopole provoque cette étrange situation : c’est à l’homme de s’accorder à la machine plutôt qu’au robot de s’adapter aux habitudes humaines.

Partager