ça bouge chez 1-ter-net !
Webmarketing

Le référencement avec Google+ : trop efficace ?

Article posté par | Le

Google a lancé Search Plus Your World il y a tout juste un mois. Comme prévu, la modification s’est suivie d’un engouement pour le réseau Google+. Les techniques pour mieux être référencé sur Google via Google+ se multiplient. Au point de dépasser la limite ?

Ce qui sert pour le référencement Google +

Le réseau social prend forme, les méthodes pour mieux se référencer s’allongent. L’objectif est d’avoir une plus grande visibilité sur l’onglet latéral (suggestions de profil Google+). Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour le référencement ? Ian Lurie dresse une ébauche :

– Créer un compte auteur

Lancée en juin dernier, la balise rel= »author » permet d’identifier l’auteur d’une publication. Très vite, elle s’est rattachée au compte Google+ d’un auteur, signe de l’importance de cette variable pour la visibilité de la publication en ligne.
Google+ calcule un Author Rank selon la qualité, l’impact social (+1, partages…) de votre publication ainsi que votre popularité. Un critère important pour figurer dans les Google News.

– Le nombre de « suiveurs »

Le critère le plus important. Les suiveurs -ou followers dans le jargon- sur Google+ sont les personnes qui vous ajoutent à leurs cercles. Plus de followers = plus de visibilité, tout simplement ! Plus le ratio nombre de personnes qui vous suivent / nombre de personnes que vous suivez est grand, meilleure elle est.

– Le nombre (moyen) de +1 par publication

Le bouton « J’aime » de Google+ a un impact sur le positionnement, surtout avec la recherche sociale où vos amis verront les résultats que vous aurez « +1″. Sa force est telle qu’il indexe même ce qui ne devrait pas l’être… Nous y reviendrons.

– La fréquence des publications

Les données de l’API Google+ montrent qu’un profil Google+ n’est plus suggéré s’il n’a pas publié depuis 72h (3 jours). Poster régulièrement du contenu est donc essentiel.

La recette miracle pour Google+

Nombre de suiveurs, +1 et commentaires sont la recette gagnante

Ce qui ne sert pas (ou si peu)

– Placer des mots-clés dans sa biographie (!)

Une observation surprenante, et pourtant : Google+ se fiche des mots-clés dans le profil. Inutile de bourrer sa page de mots-clés, c’est le contenu relayé qui va importer.

– Utiliser des mots-clés dans les posts (!!!)

Encore plus surprenant : la présence de mots-clés dans les publications Google+ est inutile ! Seuls le contenu partagé et le nombre de partages seraient comptabilisés.

Pas d'abus de mots-clés sur Google+ !

Inutile de bourrer de mots-clés son profil Google+

En résumé, il faut partager régulièrement un contenu intéressant en s’identifiant comme auteur Google+ pour être mieux visible.

Il n’existe pas encore de guidelines précises, mais une chose est sûre : Google veut qu’on utilise Google+ pour ce qu’il est, c’est-à-dire un réseau social, afin que les pages soient récompensées.
C’est la notion de partages, commentaires et recommandations qui est la plus importante. Mais n’oubliez pas, tous les liens échangés sont en dofollow !

Google+ indexe bien. Beaucoup trop.

L’efficacité du référencement serait-elle aboutie au point de référencer ce qui ne devrait pas l’être ? C’est l’objet de l’essai de Samuel Crocker.

L’américain a ajouté au fichier robots.txt d’une page isolée l’instruction noindex. Elle ne devrait donc pas être indexée par les moteurs. Pourtant, lorsqu’il ajoute un +1 à cette page avec l’extension Google+ pour Chrome, surprise : l’url est bien présente dans les résultats.

Google indexe une url noindex

Le site, pourtant non indexable, apparaît sur Google

Attention : seule l’url est indexée, pas la page. Mais cette possibilité pose un gros problème.

L’instruction « noindex » vise à cacher une page du web public. Si le caractère privé de la page disparaît, l’intérêt du fichier robots.txt est anéanti.

Conséquence : n’importe quel internaute peut voir la page, sans le consentement du webmaster. Une réelle source d’inquiétude pour les nombreux serveurs de tests et autres forums privés, pas forcément protégés par un mot de passe.

Partager