ça bouge chez 1-ter-net !
Webmarketing

SEO Camp Day Nantes 2012 (Part 2)

evenement referencement nantes : SEO CampDeuxième partie de la journée (voir la 1ère partie). Programme toujours aussi chargé : HTML 5, temps de chargement, rédaction web, Intelligence artificielle et Analytics.

Après un déjeuner rapidement avalé, nous voila donc de retour à l’Epitech pour la première conférence de l’après-midi. Le tweet wall marche à plein et lance de nombreux encouragement à Virank pour le concours Sentimancho (C’est aussi notre chouchou) au milieu des retours et phrases clés de l’événement.

 

Référencement et HTML5 par Eroan Boyer

C’est donc Eroan qui relance les débats avec HTML5 et l’intérêt pour le référencement. La première mise en garde vient bien sûr des difficultés que l’on risque de rencontré avec de vieux navigateurs (IE6 pour n’en nommer qu’un seul)

HTML5 dispose d’entêtes allégées, ce qui permet notamment de ne pas alourdir ses pages, un atout non négligeable pour le référencement. Attention tout de même car ce codage plus libre peut poser des difficultés (comme la multiplication des H1 par section de page), nous manquons encore de recule.

HTML5 permet également d’améliorer l’accessibilité des sites et de répartir la popularité par zone sur la page. On peut ainsi donner moins d’importance à une zone répétée telle que le footer pour renforcer le poids de la zone de contenu.

html5 et référencement

HTML5 faisant la part belle aux blocs sémantiques, il est normal qu’Eroan aborde aussi le sujet des microdonnées et de Schéma.org. Il nous rappelle que ces microdonnées s’intègrent dans les rich snippets de Google, permettant aux sites d’occuper 20 à 30% d’espace en plus, ce qui augmente le taux de clic de 10 à 30%. Non négligeable.

Cerise sur le gâteau, il existe de nombreux modules permettant d’intégrer ces microdonnées sur les CMS comme WordPress, Joomla ou Magento. Eroan nous conseille vraiment d’intégrer ces microdonnées dans les cahiers des charges et de les vendre aux clients.

Un star rating, même négatif, ne pénalisera pas le positionnement du site. On peut envisager de ne le faire apparaître que si les notes dépassent une moyenne positive pour ne pas impacter le taux de clics.

En résumé, quels sont les plus du HTML5 ?

Un code source allégé et donc un meilleur temps de chargement, une meilleure accessibilité, une mise en avant sur Google + (grâce aux balises rel « Publisher » et « Author »), améliorer sa visibilité dans les SERPs…

Pour Eroan, avec HTML5 on prémâche le travail des moteurs de recherche et on anticipe les futures évolutions du SEO.

Découvrez sa présentation : HTML5 et le référencement

 

Optimisation des temps de chargement par Thomas Soudaz

Thomas vient nous parler maintenant du temps de chargement des pages web. Vincent, Alexandre et Eroan ont tous rappelé l’importance d’avoir des pages rapides, Thomas enfonce le clou encore un peu.

Il nous donne deux citations de Google : « Chez Google nous sommes obsédés par la vitesse de nos produits et du web », « la vitesse est un facteur parmi nos 200 autres facteurs ». Ces deux phrases soulignent l’importance accordée à la vitesse de chargement d’un site. Un bon temps de chargement améliore le temps de réponse, augmente le nombre de pages crawlés et accélère l’indexation des nouveaux contenus.

Pourtant, le poids des pages est en constante augmentation et la performance recule.

 Pourquoi la vitesse compte ?

Tout simplement car elle améliore l’expérience utilisateur. Thomas nous indique que le temps d’attente d’un internaute avant de quitter un site est passé de 8 secondes en 2000 à 3 secondes en 2009. Cette tendance s’est certainement encore accentuée. Une étude de StrangeLoop Network a déterminé que « près de 57% des consommateurs abandonneront leur panier après avoir attendu plus de trois secondes ».

Thomas nous donne donc quelques pistes pour améliorer le temps de chargement de ses pages :

  • Optimiser le cache : date d’expiration lointaine pour les fichiers statiques et versioning pour les autres, utiliser des fichiers externes.
  • Limiter le nombre de ressources : concaténer les fichiers js et css, sprite css, dégradation élégante, supprimer les applications inutiles, lazyloading (charger les éléments prioritaires à l’affichage).
  • Réduire le poids des ressources: les images (lossless ou lossly), les fichiers text (Gzip), les documents css, js et HTML (supprimer les sauts de ligne inutiles, les commentaires).
  • Améliorer la vitesse de rendu navigateur : retirer les javascripts bloquants, préférer les chargements asynchrone ou au lancement de l’événement, placer les liens css le plus haut possible

Une excellente présentation : Optimisation des temps de chargement

 

Les enjeux de la rédaction web par Aurélien Morillon

Entre 2008 et 2010, il y a eut plus de contenu créé que depuis le début de l’humanité jusqu’à 2003

Quels sont les enjeux de la rédaction web ? Aurélien tranche rapidement : sans contenu pas de mots et sans mots pas de résultats.

Ajouter du contenu permet surtout d’élargir le champ sémantique du site, cela permet de convaincre pour vendre, d’informer pour fidéliser, de communiquer pour crédibiliser, d’annoncer pour gagner en visibilité.

Attention toutefois, les besoins en visibilité et référencement ne sont pas toujours adaptés aux discours commerciaux. Il peut aussi y avoir des effets pervers, il faut savoir diminuer la fréquence de publication si publier plus d’articles ne fait plus augmenter le trafic.

Malgré la quantité croissante de contenu sur le web, il faut se démarquer et réaliser du contenu adapté à sa cible. Un contenu non adapté peut faire s’envoler le taux de rebond du site. Et on ne cherche pas toujours l’explication à cet endroit.

Aurélien considère qu’il faut entre 20 et 30 minutes pour rédiger une bonne fiche produit. Rédiger du bon contenu est donc chronophage. Aurélien nous conseille donc de catégoriser l’importance des produits et pages du site pour passer plus de temps sur les plus rentables (catégorie phare ou produits à forte valeur).

Avec Google Panda, Aurélien considère que l’automatisation de contenu va de moins en moins bien fonctionner pour avoir des résultats.

La présentation : Les enjeux de la rédaction web

 

Etude du comportement furtif et subversif : IA versus Humain par Benoit Champliaud et Yann Batut

Voici peut-être la conférence la plus prometteuse. Le sujet abordé est passionnant, hélas les deux compères conférenciers n’ont qu’une heure pour l’aborder.

La conférence est amusante et nous mets sur la voie : la création de robots pour simuler des comportements humains sur le net. L’objectif est d’automatiser des tâches pouvant prendre énormément de temps, en particulier pour le community management et le référencement.

Ce type de robot (qui existait déjà à la grande époque des chats) permet de créer un lien avec l’internaute. Réagissant à certaines phrases clés, on peut envisager de lui faire proposer des produits ou services ciblés afin d’inciter à la consommation une communauté.

robot referencement Le champ d’application est vaste. Les deux conférenciers n’ont le temps que de l’effleurer pour nous mettre l’eau à la bouche. Cette heure passe vite et ils nous laissent avec un petit goût d’inachevé. Mais ce sera peut-être l’occasion d’une autre conférence ?

 

Utiliser le web analytique pour suivre son référencement par Ronan Chardonneau

La dernière conférence de cette journée chargée est réalisée par Ronan himself. Difficile de résumer cette conférence où Ronan nous donne quelques astuces pour suivre son référencement avec les outils d’analytique.

Bien sûr Ronan nous donne ces astuces avec Google Analytique, mais pas uniquement. Il nous présente aussi Piwik, une solution open source qui enregistre les données sur son propre serveur. L’intérêt est évident : aucun risque de voir toutes ses données disparaître si Google décidait de rendre sa solution payante.

En bref, Ronan nous montre comment récupérer des indicateurs spécifiques au référencement dans les statistiques du site : titre des pages, H1, H2, Hn, description. Ces données peuvent permettre d’agir sur son site en analysant rapidement ce qui fonctionne.

 

Fin de cette copieuse journée. Merci à tous les intervenants et en particulier à Ronan et Alexandre qui l’ont si bien organisée.